vendredi 9 décembre 2016

Lettre ouverte

de Isabelle Merlet et Jean-Luc Coudray

Pour la manifestation « Montaigne Superstar » organisée par la Mairie de Bordeaux à la bibliothèque municipale de Mériadeck, du 20 septembre au 17 décembre 2016, la Direction des bibliothèques, de la lecture publique et des médias culturels de la ville, a fait appel au dessinateur Jul. Bordeaux étant la ville qui compte le plus de dessinateurs de bandes dessinées et d’illustrateurs après Paris, certains d’entre nous s’en sont émus auprès des responsables de la bibliothèque.

Le Directeur adjoint des Usages numériques et de la communication de Bordeaux Mériadeck défend le choix de Jul pour sa portée médiatique nationale, justifiant l’intérêt de la presse nationale pour cette manifestation par le choix du dessinateur, dont la « ligne graphique » a fait l’unanimité au sein de l’équipe, nous précise-t-il.

Jul, auteur de La planète des sages, a été rémunéré 8000 euros pour deux petits dessins, le tarif incluant sa venue pour une séance de dédicaces (démarche habituellement gratuite) et la négociation des droits de reproductions avec Dargaud pour l’utilisation de strips sur les documents de communication (formidable outil de promotion pour l’éditeur).

Cet argumentaire et le tarif accordé à cet auteur nous apparaissent absolument scandaleux !

Nous voulons faire ici deux remarques :

D’abord, il semble que les auteurs de la région soient considérés comme trop « régionaux » par la mairie de Bordeaux qui ignore, sans doute, leur portée nationale et internationale. Montaigne, à l’époque, aurait sûrement été considéré comme « régional » par cette même mairie. C’est d’ailleurs vrai à tel point que ce n’est pas Montaigne qui a suscité l’intérêt de la presse nationale pour la manifestation, mais les dessins de Jul !
Ensuite, le prix exorbitant de ce travail — décidé par qui, nous l’ignorons — semble flatter la mairie dès lors qu’elle s’adresse à un auteur « national », devant lequel elle ne veut pas se dévaloriser par des tarifs « régionaux ».
Lorsque la métropole engage un dessinateur bordelais pour créer un dessin original, son tarif est, à titre d’exemple, de 400 à 1200 € selon sa complexité.
Par ailleurs, toutes les bibliothèques de la région se voient bouder des demandes de budget de 100 euros pour inviter un auteur… régional.

Bordeaux n’en a donc pas fini d’avoir honte d’elle-même et de dévaluer les artistes qui y ont élu résidence.
Comment la ville peut-elle ainsi courber l’échine en acceptant de se faire humilier par un dessinateur qui lui demande près de 4000 euros le dessin ! Il a dû bien rire !
La communauté des auteurs bordelais un peu moins.
Mais, par contre, nous ne sommes pas étonnés… hélas.

Aucun commentaire: