dimanche 24 mai 2015

Un festival au long cours

Sud-ouest dimanche par Céline Musseau

Dès lundi, le public va être embarqué par Christian Cailleaux, capitaine de la 3e édition du festival bordelais Regard 9, pour une aventure au long cours, un voyage au cœur de son univers, sur les mers et dans les bulles. Embarqué, c'est aussi le titre de son nouvel album de bande dessinée, tout juste sorti aux éditions Futuropolis, dressant le portrait de gars (et de filles) de la marine, au cœur d'un équipage militaire et questionnant les enjeux de demain face aux bouleversements géopolitiques ou écologiques.

« Depuis plus de vingt ans, mon travail est lié au voyage, que ce soit au Canada, en Afrique, en Inde », souligne l'auteur.
« Puis, il y a une dizaine d'années, c'est le comédien et grand voyageur Bernard Giraudeau qui m'a ouvert les portes d'un bateau de la marine nationale, il m'a fait rencontrer cette communauté spécifique des marins. » Ensemble, ils ont écrit deux ouvrages. Mais c'est Embarqué, donc, que le public va découvrir à travers des planches originales accrochées à la librairie BD Fugue et chez Mollat. Quant à la grande exposition, celle qui après les sumos de Prudhomme et l'Italie d'Alfred invite à vivre une expérience unique, vers une destination fantasmée et scénographiée, elle s'appelle « La Terre est bleue ».
Un rendez-vous qui est aussi un endroit de création, et c'est ce qui fait la spécificité de Regard 9. Son directeur, Éric Audebert, souligne le désir de changer l'approche de la BD et l'acte artistique. En gros, ici, pas de séances de dédicaces aux files interminables pour obtenir un petit croquis de son auteur préféré, mais une vraie rencontre avec le public autour de moments de création.

Au programme, des travaux originaux, des inédits, la possibilité aussi de présenter des œuvres en cours. Ce qui représente un vrai cadeau de l'artiste, il dévoile ainsi un peu de sa part secrète, et humblement vient montrer l'acte si intime que constitue son cheminement intérieur.
« Je voulais que l'entrée de l'exposition corresponde à ce que pourrait être la vision d'un port depuis le pont d'un bateau, explique Cailleaux. Avec une passerelle vers l'île rêvée et que l'on traverse ensuite diverses ambiances pour retracer l'émotion que j'ai ressentie à bord de ces bateaux. Mais aussi celle de mes souvenirs de films et de mes rêves d'enfant. »
Pour l'occasion, l'espace Saint-Rémi devient un immense cargo imaginaire de 600 m². Un vrai navire, l'I-Boat, ferry salle de spectacle amarré aux bassins à flot, accueillera la manifestation du 5 au 7 juin, notamment pour des lectures, concerts dessinés et toutes sortes de performances. Souvent de vraies prises de risque pour les dessinateurs qui osent sortir de leur antre et réaliser des croquis en direct sur scène, eux qui sont tellement habitués à travailler en solitaire ou en petits groupes dans leurs ateliers.
« Il est difficile d'évoquer le voyage par mer sans parler des drames qui se jouent en ce moment, souligne Cailleaux. Comme je suis un “raconteur du monde'', il m'a semblé important d'aborder ces thématiques. »
D'où « Le Frémissement du monde », un montage de textes d'Édouard Glissant évoquant les déplacements des peuples, et les richesses que cela crée. Cette lecture par la comédienne Isabelle Fruleux sera accompagnée en musique mais aussi en dessins par Cailleaux et Hippolyte, artiste installé à la Réunion, connu notamment pour avoir illustré la Fantaisie des dieux, sur le génocide des Tutsis au Rwanda.
Voyager induit la découverte d'autres cultures et d'autres pratiques d'un même art. C'est ici que les Égyptiens de Toktok viennent montrer le bout de leur pinceau. Ce collectif cairote réunit des dessinateurs de presse et édite une revue qui traite d'actualité, de religion, de politique mais aussi du quotidien. Comme il était compliqué de les faire venir, on les découvrira à travers une exposition de planches à la bibliothèque de Mériadeck. Une rencontre avec des auteurs d'ici aura tout de même lieu par la petite lunette de Skype, à la librairie BD Fugue.
La croisière de Christian Cailleaux ne voguera pas sur un long fleuve tranquille. Elle s'annonce riche en rebondissements et en surprises.

« Impossible d'évoquer le voyage par mer sans parler des drames qui se jouent actuellement » 

1 commentaire:

Elouarn a dit…

Bordeaux7 du 22 mai

http://www.bordeaux7.com/bordeaux-sorties/55-sorties/16649-festival-bd

À l’eau, Cailleaux ! Le festival BD Regard 9 pointe à l'horizon

Agitation à son comble, hier à l’Espace Saint-Rémi : Christian Cailleaux le dessinateur globetrotter est dans la dernière ligne droite de l’accrochage de La Terre est bleue, l’expo maîtresse de la nouvelle édition de Regard 9, le festival de création autour de la BD de l’asso 9-33.

On y reviendra dès notre prochain journal, mardi, pour l’inauguration officielle (et nos amis de « Sud Ouest Dimanche » y consacreront une double page), mais notez que, dès lundi, l’expo ouvrira de 11h à 19h.