mardi 9 décembre 2014

Chateau en ruine

Sud ouest du jour par Yannick Delneste
Le château Brignon, où le projet du pôle BD est à l’arrêt

Sous le gris clair du ciel uni, le site s'enveloppe dans la sobriété de la pierre blanche et du bois. Hier, 10 h 50. Le château Brignon porte beau. Quelques voitures s'ennuient sur un parking trop grand pour elles. Le gravier blanc nous mène entre les deux corps de bâtiment, massif à gauche, plus menu à droite. De ce côté, la porte fermée annonce, pour l'après-midi, des cours de sophrologie. Le vide habite, en attendant, ces anciens locaux de Passage à l'art, association au cœur d'un projet ambitieux de pôle ressources et d'excellence de bande dessinée. Un projet aujourd'hui mort-né.
« Nous nous sommes installés de ce côté en avril », explique Caroline Jurado, directrice de Passage à l'art que l'on retrouve au centre de l'aile d'en face. La fonctionnaire municipale mise à disposition par la mairie depuis plusieurs années occupe une salle avec l'administratrice Jennifer Grangetas. Devant ces bureaux, un espace d'accueil vide. Quelques flyers cohabitent avec quelques BD. Pour qui ? Il est 11 h 05.

Passage à l'art dans l'étau
Les deux jeunes femmes préparent la 15e édition du festival Bulles en Hauts-de-Garonne, qui se déroulera les 21 et 22 mars prochains, au Rocher, à Cenon. Jadis intégrée au Grand projet des villes (GPV) de Bassens, Cenon, Floirac et Lormont, Passage a continué après son exil à Carbon-Blanc. 4+1 communes qui n'ont jamais fait 5. Le festival a continué à tourner sur les quatre, la 5e a tardé à doter Passage d'un Brignon rénové, apte à développer l'ambitieux projet.
Après le maire éphémère Nicolas Madrelle (PS, octobre 2013-mars 2014) qui l'avait déjà remis en cause,, Alain Turby (Communauté d'avenir) a fait campagne sur « l'arrêt des frais » à Brignon. « Nous avons interrompu les travaux du café BD, de la résidence des auteurs et de la salle du fond confrontée à un dégât des eaux », explique le nouveau maire au téléphone. « L'expert mandaté a rendu en septembre un rapport listant une cinquantaine de problèmes sur le chantier. L'architecte de Brignon nous a fait part de 44 courriers à la mairie en 2013 avertissant de soucis d'infiltration. »
Et d'annoncer des travaux de consolidation qui feront monter le budget total à plus de 4 millions d'euros. Les maires du GPV, sollicités, ont argué de leurs propres soucis budgétaires, se satisfaisant d'un festival qui tourne… même si la commune où l'association organisatrice travaille, n'a jamais eu le droit de le voir passer. « Entre l'emploi mis à disposition, le véhicule, les fluides, les locaux et la subvention, ce sont 100 000 euros que nous versons à Passage à l'art par an. Sans un nouvel élan collectif, je ne vois plus de raison de continuer à cette hauteur. »
La subvention va descendre à 8 000 euros, poursuivra le travail scolaire à succès, Caroline Jurado devrait réintégrer le personnel municipal comme le véhicule, et Passage à l'art se voir proposer… les locaux jadis prévus pour héberger les auteurs. « Après quinze ans de travail et de projet, c'est un beau gâchis », commente aussi au téléphone Manuel Diaz, le président de l'association. « L'absence de volonté politique autour de Brignon ne date pas d'hier… »

Pépinière et mariages
Les pistes de reconversion sont déjà en route : la pépinière de Hauts-de-Garonne développement est pressentie dans l'aile gauche, l'école de créateurs d'entreprise au fond de l'aile gauche. La grande salle est désormais ouverte à la location pour réunions, baptêmes et mariages. Pour le moment, une gigantesque bulle noire y est installée. La compagnie Intérieur nuit y termine sa résidence de création et proposeran le 19 décembre « La marque jaune dans le noir », audio-théâtre inspiré par la BD de Blake et Mortimer.
11 h 25. Dans l'espace voisin, Patrice et Nely Fortin s'activent. Frère et sœur du collectif Swann expo fabriquent les malles de jeu conçues à partir de la collection « L'Abécédaire », savoureuse et intelligente déclinaison graphique du genre. Elles partiront dans de nombreuses bibliothèques départementales en France. Partenaire de Passage à l'art depuis 2008, Swann conçoit et fabrique les expositions de « Bulles ». « On peut développer un projet culturel rentable, notamment autour du numérique », insiste Patrice Fortin. « Ce lieu est magnifique et il y avait la place, le potentiel. » L'imparfait, là aussi.

Aucun commentaire: